BOULOGNE, l'Ile Seguin

Implantation et dessin d’un mobilier provisoire pour le jardin de préfiguration

Utiliser un mobilier groupé pour unifier l’espace et créer différentes situations spatiales à l’échelle du jardin

galerie
infos

BOULOGNE, l'Ile Seguin

Implantation et dessin d’un mobilier provisoire pour le jardin de préfiguration

Utiliser un mobilier groupé pour unifier l’espace et créer différentes situations spatiales à l’échelle du jardin

Dans le jardin de préfiguration de l'ile Seguin réalisé par l'agence MDP, l'installation d'un mobilier de transition permet de définir et orienter le parc vers les collines de Meudon tout en fabriquant un point d'intensité opportun dans l'espace public. L'implantation de pièces d'assises, tables et structures légères insiste sur l'espace central du parc, minéral, et offre l'opportunité d'usages préliminaires.

Deux rangées de bancs rectilignes cernent les limites du cœur de l'île. D'un côté, des bancs en bois de coffrage avec dossiers tendent à refermer l'espace et de l'autre, des bancs sans dossier confèrent une double orientation. Des banquettes avec de hauts dossiers formant alcôves s'ajoutent à cette famille d'assises. Une série de tables construites suivant le même principe constructif achèvent la fabrication de ce lieu de détente, de rencontre et de découverte. Au même titre que pourrait l'être un bâtiment, une esplanade ou même un chemin, le meuble est envisagé ici dans son pouvoir d'organisation du territoire, de relation et d'ouverture. Il n'est pas un objet posé sur un sol mais bien un dispositif spatial fort et structurant, rapporté à l'échelle du grand territoire.
Les meubles sont réalisés à partir de panneaux de bois de coffrage tri-pli pré-enduits d’une résine de mélaminé résistant aux intempéries. La résine jaune et lumineuse laisse apparaître le dessin du bois et donne au mobilier une présence joyeuse. Les pièces de bois sont assemblées de façon rudimentaire ; superposées et vissées. Cette construction qui évoque un mobilier de fortune que l’on construirait sur un chantier ou dans un bois, se réfère au mobilier de jardin dessiné par Gerrit Rietveld. Afin de limiter les chutes de matière, les côtes des bancs sont toutes issues de celles des panneaux de coffrage d’origine (600x100). Les larges planches assemblées donnent aux meubles l’image d’un volume plein mais le travail des tranches et le rythme des bancs alignés rendent légèreté et transparence à la masse.

 

Bancs Alcôve: 27 m linéaire / Baquette: 63 m linéaire / Banc: 40 m linéaire / Tables: 54 m linéaire

Année: 2010
Statut: construit
Programme: espaces publics
Maîtrise d'ouvrage: SAEM Val de Seine Aménagement
Équipe: IHA Inessa Hansch Architecte, Michel Desvigne Paysagiste(mandataire), AIK, Ruedi Baur  
Rôle au sein de l'équipe: implantation et réalisation d'un ensemble de "mobilier urbain"